Toutes les astuces pour réussir

mon menu de Pâques

Agneau, vin et chocolat, la trilogie de Pâques est prête à embellir votre menu. Et si on vous glissait, au passage, quelques astuces futées pour en tirer le meilleur ? Découvrez les secrets des pro et profitez des fêtes, cette année, Pâques se passera sans stress !

Astuces pour les vins de Pâques

  • Verres ou carafes peuvent dégager une odeur d’humidité qui perturbe la dégustation des vins s’ils sont rangés avant d’être parfaitement séchés. Au besoin, lavez-les et séchez-les à la main avant de dresser la table, le jeu en vaut la chandelle.
  • Ne remplissez les verres qu’à moitié. Bien déguster un vin nécessite de pouvoir le faire tourner dans le verre, puis d’y plonger le nez pour en humer tous les arômes. On vous laisse imaginer le résultat avec un verre rempli à ras bord…
  • Évitez la vinaigrette. Ou plutôt, le vinaigre, qui rend l’accord entre mets et vins impossible. Une salade de Pâques, d’accord, mais avec une sauce aux agrumes ou une mayonnaise !
  • Choisissez les bons accessoires. Pour tirer parti de vos vins de Pâques, prévoyez un aérateur et une carafe : ils vous permettront d’aérer les vins jeunes et de décanter les vieux. N’hésitez pas à carafer les bouteilles avant le repas pour un service tranquille, le nectar révèle tous ses arômes après trente minutes en carafe !
  • Si votre bouteille de vin est trop chaude, placez-la dans un seau rempli d’un mélange d’eau et de glaçons. Comptez une quinzaine de minutes pour un vin rouge qui doit être entre 16 et 18° C, une trentaine minutes pour un blanc qui vise entre 8 et 10° C. À défaut, glissez le premier dix minutes au congélateur, le second vingt-cinq minutes.

Astuces pour l’agneau de Pâques

  • Sortez la viande du réfrigérateur plusieurs heures avant la cuisson. En la laissant tranquillement remonter à température ambiante avant de l’enfourner, vous obtiendrez une viande plus tendre.
  • Ne piquez pas le gigot de Pâques ! Et le principe vaut pour toutes les viandes. Percer ou piquer une pièce de viande fait s’écouler le jus de cuisson, celui qui garantit saveur et tendreté. Autrement dit, manipulez gigots et rôtis avec précaution si vous les retournez ou les arrosez, sous peine d’assécher la viande.
  • Chauffez les assiettes de service à l’aide d’un chauffe-plat, ou en les plaçant dans le four à 60° C. Si la plupart des plats gagnent à conserver leur chaleur plus longtemps, la viande et l’agneau en particulier en ont besoin pour préserver leur moelleux.
  • Ne faites pas trop cuire l’agneau ! La viande de Pâques se déguste rosée, voire à point, jamais plus cuite.

Astuces pour les chocolats de Pâques

  • Choisissez le bon chocolat. Pas question de lésiner sur la qualité, un menu de Pâques réussi mérite un chocolat plus fort en cacao qu’en sucre ! Si vous cuisinez un gâteau, optez pour un chocolat à 50 % de cacao minimum ; dans le cas d’une mousse au chocolat, pas moins de 70 %. Seule exception pour la ganache, avantagée par un chocolat plus riche en beurre de cacao. Le bonus ? Qui dit chocolat de qualité dit saveurs décuplées !
  • Conservez le chocolat de Pâques loin du réfrigérateur. Contrairement à une croyance fermement implantée dans nos cuisines, le chocolat tolère mal le frigo ! Froid et humidité le font blanchir, tandis que les odeurs de nourriture le contaminent. Pour éviter le cacao parfumé au fromage, conservez-le au frais, au sec et à l’abri de la lumière : une boîte en métal dans le placard, par exemple.
Vous aimerezaussi