Petit voyage dans la jungle des thés

Noir, fumé, vert, blanc… connaissez-vous les particularités de ces différentes variétés de thés ? Histoire de vous aider à mieux les choisir, on récapitule l’essentiel de ce qu’il faut savoir.

Originaire d’Asie, le thé serait né en 2737 avant J.-C. lorsque quelques feuilles d’un théier tombèrent par inadvertance dans une marmite d’eau chaude. L’empereur Shen Nung goûta le breuvage obtenu et fut conquis par sa saveur.

Bien plus tard (XVIIe siècle), le thé prit la route vers l’Europe et réussit à séduire le monde entier pour devenir la deuxième boisson la plus consommée après l’eau.

Tous les thés proviennent du Camellia Sinensis ou théier, c’est le traitement des feuilles qui fait leurs différences.

Le thé noir

Ce thé coloré à la saveur tannique, ronde et corsée, est fermenté. Après la cueillette, les feuilles sont flétries (afin de les assouplir), roulées, puis placées dans une atmosphère humide où elles fermentent et noircissent avant d’être séchées.

  • Idéal… pour le petit déjeuner, lors d’un brunch.

Le thé noir fumé

C’est le fameux Lapsang Souchong et il vient principalement de Chine. Après l’étape de la fermentation, ses feuilles sont fumées au-dessus d’un feu de pin ou d’épicéa.

  • Idéal… dans la matinée, lors d’un brunch.

Le thé Oolong

C’est un thé semi-fermenté, avec une faible teneur en théine, une saveur équilibrée, douce et fruitée.

  • Idéal… après le déjeuner.

Le thé parfumé

C’est du thé noir auquel on a ajouté des fleurs, des fruits ou des épices pour développer des saveurs gourmandes. Les plus connus sont, sans aucun doute, le thé au jasmin et le Earl Grey aromatisé à la bergamote.

  • Idéal… pour un milieu d’après-midi.

Le thé vert

Sa différence avec le thé noir vient du fait que ses feuilles ne sont pas fermentées mais simplement séchées. Entières, elles sont roulées en tubes ou en perles. Le goût du thé vert est subtil et légèrement amer.

  • Idéal… au petit déjeuner, en cours de matinée, avant et/ou après le déjeuner, en fin de journée.

Le thé matcha

Ce thé vert japonais à la couleur vert électrique étonnante est devenu une star partout dans le monde. Sa culture est très spécifique : les théiers sont « ombragés », c’est-à-dire protégés du soleil grâce à des bâches ou des tonnelles pendant plusieurs semaines avant la cueillette. Récoltées à la main, les feuilles sont chauffées à la vapeur, séchées puis broyées pour obtenir une poudre très fine et vert vif.

En plus de cette couleur étonnante, le matcha se caractérise par une saveur à la fois végétale et fruitée. Enfin, autre différence : la technique de préparation ! Ce thé n’a pas besoin d’être infusé. Il suffit d’ajouter de l’eau chaude à la poudre et de fouetter la préparation à l’aide d’un petit fouet en bambou. 

  • Idéal… au petit déjeuner, lors d’une pause détente, au cours d’un repas, pour faire de la pâtisserie, préparer des smoothies, aromatiser un yaourt.

Le thé blanc

Plus rare, le thé blanc a une saveur délicate et subtile et, selon sa provenance, sera plus ou moins riche en théine. Ses feuilles sont cueillies à peine écloses et sont simplement séchées.  

  • Idéal… après le déjeuner, au milieu de l’après-midi.

Le thé rouge ou rooibos

Le rooibos n’est pas du thé. Ses feuilles ne sont pas prélevées sur le théier (Camellia sinensis) mais sur un arbuste d’Afrique du Sud, l’Aspalathus linearis. Après fermentation, elles deviennent rouges, ne contiennent pas de théine, peu de tanins et sont riches en antioxydants. Ce qui fait que l’on peut boire du rooibos n’importe quand !

Petite précision : le rooibos ou thé rouge n’a rien à voir non plus avec l’hibiscus ou karkadé, boisson rouge consommée en Afrique.

  • Idéal… en fin de journée.

Mais, après tout, buvez le thé que vous aimez quand vous en avez envie… dans la limite du raisonnable : de trois à quatre tasses par jour !